Le village de montmartre

Publié le par celine

hier, je suis allée visiter le village de montmartre

voici une petite rétrospective

Tout d'abord petit détour par l'épicerie de Colignon ( dans Amélie Poulain )



ensuite direction le bateau Lavoir



Ce nom est donné en 1889 par Max Jacob à une vieille bâtisse du quartier de Montmartre. Ce lieu est le théâtre de révolutions culturelles c'est d'ailleurs pour cela qu'on lui prête aussi le nom de "cité d'artistes". Il faut dire que le bateau lavoir était réputé depuis 1880 pour être un lieu d'avant-garde abritant les premiers impressionnistes. Les artistes étrangers furent tout naturellement attirés par cette réputation dont Modigliani ou Picasso. La légende veut que ce dernier inventa le cubisme dans ce lieu très insalubre. En 1970, un incendie détruisit le bâtiment reconstruit par la suite en béton.

Le moulin de la Galette fit également les beaux jours du quartier



Le Moulin de la Galette (ex blute-à-fin) se trouve mentionné pour la première fois en 1622 sous le nom de Moulin du Palais. Il rentre dans le patrimoine de la famille Debray en 1809 et fait de la farine. Transformé aussi en guinguette en 1870, il fait double emploi avec le Moulin Radet voisin. Les Debray décident donc de ne garder qu'un seul moulin : le choix se porta sur le butte-à-fin qui récupère alors vers 1895 le nom de Moulin de la Galette. Très fréquenté par les peintres, il connaîtra son heure de gloire en étant peint par Renoir, (le bal du moulin de la galette) mais inspira aussi Toulouse-Lautrec et Picasso. Avec le Moulin Radet, c'est le dernier rescapé des trente moulins qui ornaient jadis la butte Montmartre. C'est aussi le seul en parfait état de marche. Il ne se visite pas de l'intérieur et l'on ne peut l'aperçevoir que depuis la rue Lepic à une certaine distance, il est placé en hauteur.

petit passage par la maison de dalida ( avec échafaudage donc pas de photo ) mais belle photo de sa statue



et pour finir, visite du sacré coeur. Mais là malheureusement pas de photo de l'intérieur, strictement interdit.

petit historique

La motivation de la construction de l'édifice s'inscrit dans un contexte historique très agité pour la France. En 1871, Paris et la France se divisent dans une guerre civile appelée la Commune. Ce mouvement est né des contestations d'un peuple déçu par les défaites françaises contre la Prusse en 1870 et d'un contexte social et politique morose. À Paris, le peuple qui s'oppose au gouvernement de Thiers se barricade pour endiguer les assauts des soldats Versaillais, associés au gouvernement en place. Pendant deux mois, les luttes font rage mais les soldats de Thiers parviennent à percer les défenses du peuple parisien insurgé et organisent un véritable massacre de leurs compatriotes.



À la suite de ces événements funestes, deux riches bourgeois : Alexandre Legentil et son beau-frère Hubert Rohaut proposent d'édifier un monument en hommage aux massacres de la commune. Leur démarche se veut spirituelle puisqu'ils espèrent "(…) faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde du Sacré cœur de notre Seigneur Jésus Christ, le pardon de nos fautes (…)". L'archevêque de Paris, le cardinal Guibert, accepte cette requête et en 1873, l'Assemblée nationale proclame la basilique d'utilité publique. Cet édifice a pour but de rappeler au peuple parisien que du haut de la butte Montmartre (Mont des martyres) se trouve le symbole de la protection divine sur la France et son peuple.



Pour finir une photo de la colline de Montmartre avec le sacré coeur en arrière plan



Très bonne après midi ensoleillée, fatigue assurée surtout avec les montées et après le week end chargé que j'ai eu.

Nous avons également vu la place du tertre ainsi que les vignes de Montmartre mais malheureusement j n'ai pas pu prendre de photo.

Pour Londre, je commencerais à vous parler de mes périgrinations la semaine prochaine. Il y aura plusieurs épisode.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Celia 24/04/2009 23:24

que de souvenirs encore pour moi... Tu ne peux pas t'imaginer ce que tu me fais comme bien en nous montrant tous ces petits coins de Paris... Du fond du coeur un grand merciBisous